Reliques modernes

« Un ouvrage collectif entreprend une anthropologie des reliques à l’âge classique. Elles ne sont pas seulement des objets religieux, elles sont également insérées dans les rapports de pouvoir puisqu’elles peuvent servir la légitimité du pouvoir royal, les relations entre États, ou encore participer à la fondation d’une identité nationale ».

Texte critique de Arnaud Esquerre, « Ce qu’il reste des reliques », La Vie des idées, 10 mars 2011. ISSN : 2105-3030.